Choisir notre point de vue


Une citation du Dr. Seuss m'a beaucoup fait réfléchir dans le temps des fêtes. Elle va comme suit (traduction libre); «J'aime ce qui est insensé. Cela réveille les cellules du cerveau. La fantaisie est un ingrédient nécessaire à la vie. C'est une façon de regarder la vie au travers du mauvais côté d'un télescope, ce que je fais, et cela permets de rire de la réalité de la vie.»


On dit souvent que de prendre du recul nous permet de nous faire une meilleure idée d'une situation, car en s'éloignant on a une vue élargie tout en se retirant émotivement du coeur du problème (un genre de time-out auto-imposé). J'ai également souvent mentionné dans mes écrits, les filtres que la société (l'école, les «spécialistes de l'enfance», les voisins, la famille, etc.) imposent aux parents (et ceux que les parents eux-mêmes utilisent lorsqu'ils regardent leurs enfants). Que ce soit un diagnostique, des attentes irréalistes, une étiquette. J'ai aussi parler de l'attitude que l'on choisit d'avoir vis-à-vis des comportements de nos enfants. Des intentions que l'on transpose sur les autres selon nos propres vécus et blessures. Il s'agit encore là, d'un certain point de vue. Un choix que l'on fait! De quel côté du télescope est-ce que je choisi de voir mes enfants, ma Vie? J'ai toujours été une personne terre-à-terre. J'analyse en profondeur chaque détail, chaque élément...Je prends rarement des décisions à la légère. J'ai besoin de faits; je me fais des listes de «pour» et de «contre». J'aime les statistiques; c'est la seule donnée objective quand on a un choix à faire dans une situation influencée par le hasard...N'est-ce pas? C'est une façon de dire «J'ai fait le seul choix logique». Je suis toutefois une personne positive. Une fois que le choix est fait, je ne retourne pas en arrière; pas de regrets! Et pourtant...Cette année 2020 m'a fait réalisé que j'avais tout faux! Je suis une hypersensible...Et les émotions m'envahissent tellement à toute heure du jour -et de la nuit; merci crises d'angoisses- que j'ai développé une technique pour ne pas écouter mes émotions. Voyez-vous, on m'a dit toute ma vie que les émotions sont mauvaises; elles nous contrôles, elles nous empêchent de faire des choix réfléchis, elles nous rendent faibles et non fiables. J'y ai cru! J'ai donc choisit de mettre les émotions de côté le plus possible et de me fier à des faits. Mais cette solution n'est pas viable...Car les émotions reviennent toujours, comme une marée inéluctable! Simplement parce que je suis faite d'émotions. C'est ce qui m'a construite, m'a animée, m'a nourrie...Que ce soit positivement ou négativement! Mes émotions sont indissociables...En me protégeant des émotions négatives, je me coupe de TOUTES émotions. J'ai choisi trop longtemps de regarder au travers du «bon» côté du télescope. En fait, je n'ai pas toujours regardé de ce côté...Mais avec les changements au règlement sur l'enseignement à la maison de cette année, avec la pandémie et la nouvelle «réorganisation» des droits citoyens (ou non-droits) -privilégiant encore et toujours les plus riches et les plus privilégiés- je me suis laissée prendre au filet du conformisme. Et ce sont les périodes comme celle que nous vivons, qui permettent de constater si notre mode de vie -nos relations, notre environnement, nos choix de vie- fonctionnent. Certaines personnes (ou systèmes) veulent nous forcer à rester le nez collé sur leurs options, nous empêchant de voir tout le paysage! Et si je choisissais d'emblée le point de vue le plus reculé, celui qui permet un plus grand point de vue? Ou le plus positif, celui qui permet de donner du sens aux événements et qui permet d'apprendre et d'aller de l'avant? Ou celui qui permet de rire de nous même, de rire de la Vie? Ce regard que l'on porte sur les autres, nos enfants ou nous-même, est toujours d'un certain point de vue...J'ai besoin de me le rappeler ces temps-ci. J'ai été beaucoup trop stoïque en 2020! J'ai le choix. Et lorsque je choisis systématiquement le point de vue qui me nourrit le plus, cela devient une attitude qui me permet d'agir, plutôt que de réagir! C'est le choix que j'ai envie de faire -ou de refaire- pour cette prochaine année! Besoin d'inspiration? Dans le magnifique film de Jeremy Leven Don Juan DeMarco «Un jeune homme (joué par Johnny Depp) menace de se jeter du haut d'un immeuble et prétend être Don Juan DeMarco, le plus grand séducteur qui ait jamais existé. Le médecin Jack Mikler (Marlon Brando), psychiatre